Activités du projet de sécurité alimentaire

La province du Nord Kivu, une zone affectée et sinistré par les conflits armés, est généralement confronté à l’insécurité alimentaire.

 En effet, la situation alimentaire des ménages se dégrade au fur et à mesure avec la recrudescence de l’insécurité dans les zones de production agricole qui est à la base des déplacements  des communautés vers des agglomérations relativement en paix. L’impact de l’assistance alimentaire est difficile à apprécier car la faim, la malnutrition sont une réalité dans plusieurs ménages des communautés locales dans la partie sud du territoire de Lubero.  L’aide des organismes internationaux en pied d’œuvre tel que le PAM, la FAO n’atteint pas tout le monde en besoin mais également elle est souvent  spontanée  dans le cadre des urgences et par conséquent ne donne pas une solution durable  au problème.  Notons que la situation alimentaire des ménages est liée au contexte dans lequel ils vivent. Si ce contexte malheureusement se dégrade comme on est en train de le voir dans certaines parties de la province, la situation des ménages se dégrade à l’image du contexte.

Ainsi donc,  l’amélioration de la situation sécuritaire alimentaire des communautés est conditionnée à l’assistance alimentaire, la promotion des activités agropastorales dans les zones d’accueil des déplacés réputées, relativement stable et à l’effort de pacification dans la région. Il est évident que dans le sens où le contexte est volatile, la situation alimentaire des ménages est en panne, toutefois, le retour de la sécurité dans les villages permettrait aux populations de pouvoir relancer l’agriculture et continuer à améliorer leur situation alimentaire.

Plusieurs experts dans le domaine dont le chargé d’évaluation de la sécurité alimentaire au PAM estime que des ménages vulnérables doivent continuer à être assistés et que les partenaires doivent être impliqué pour impulser l’autosuffisance-alimentaire

C’est pourquoi les ONG et partenaires locaux qui s’associent dans la recherche des solutions aux défis de l’insuffisance alimentaire doivent développer des alternatives durables de riposte à cette insécurité alimentaire.

 Notre organisation Self Promotion Group/SPG qui évolue dans cette optique, travail sur un projet axé sur la sécurité alimentaire dans le territoire de Lubero plus précisément dans les agglomérations de KAYNA, KIRUMBA, KAMANDI et KIKUVO, des agglomérations qui sont reconnues comme zones d’accueil des populations fuyant les conflits armés en répétition dans la partie sud de ce territoire. Cette initiative  locale a l’accompagnement des autorités locales et méritent l’attention des partenaires dans l’action pour permettre à l’organisation de servir plus des communautés en besoin de son expertise.

Par ailleurs, rappelons que pour raison de survie les familles déplacées se déversent dans le Parc national des Virunga pour y pratiquer illégalement l’agriculture et par conséquent menacent et détruisent les écosystèmes de ce Parc, un site du patrimoine mondial de l’UNESCO.  Sur ce, des mesures d’encadrement de cette communautés affamé et appauvrit par les guerres doivent être développé  en amont pour arrêter  le pire et cette exploitation irrationnelle des ressources naturelles.

 Notre organisation SPG, entretien et encourage les communautés locales dans l’élevage parcellaire des lapins et caprins, l’aménagement des étangs piscicoles et des jardins potagers familiaux avec un triple objectif à savoir : l’autosuffisance alimentaire, la lutte contre la pauvreté, et la protection de la biodiversité du Parc National des Virunga. 

Activité réalisées au cours de la période.

Dans le cadre de notre plan d’action 2018 ; nous sommes en train de  travailler sans relâche sur certaines priorités et les résultats de nos actions sont visibles et produits des effets considérables au sein de nos communautés bénéficiaires. En effet, depuis le début de cette année, nous sommes en pied d’œuvre pour implémenter des activités dans le cadre de promouvoir l’autosuffisance alimentaire au sein de nos communautés.

Champ pilote d’expérimentation SPG et distribution des semences aux communautés locales.

Nous avons acquis  un champ pilote d’1 hectare à KAYNA sur la colline MIYINGA pour l’expérimentation des semences et l’apprentissage des communautés à l’aménagement des jardins parcellaires des légumes.  Ce champ a été cultivé et diverses variétés des légumes y ont été semées notamment : le choux pommés, carottes, céleris, oignons blanc, courgettes blanc, aubergines, fraises, amarante INCA et amarante Princesse ;

Ces images ont été prise lors de la récolte le 01 /09/2018 et rappelons que nous avons fait une bonne affaire. Ces choux ont été distribué à des ménages vulnérables et plus de 450 bénéficiaires en provenances des agglomérations de KIKUVO, KIRUMBA et de KAYNA ont reçu chacun environs 9kg des choux pommés pour le besoin alimentaire de son ménage.
Après cette expérience et avec le souci de pérenniser l’action et rendre autonome chauqe bénéficiaire , nous avons réalisé la distribution des semences des variétés des choux pommés, amarantes INCA et Amarantes PRINCESS à ces mêmes bénéficiaires afin que chacun soit à mesure de faire la même chose dans son propre champ afin de produire être capable de répondre aux besoins d’alimentation de leurs ménages et éventuellement vendre le surplus de la production pour satisfaire à d’autres besoins spécifiques de la famille. Nous pensons que cet accompagnement des communautés locales dans l’entretien et l’aménagement des jardins parcellaires potagers ne devrait souffrir d’aucune faille pour lutter efficacement contre l’insécurité alimentaires et la pauvreté dans leurs ménages. C’est pourquoi la disponibilité des semences est d’une importance capitale.

II.2. Distribution des géniteurs des cobayes

Au cours du premier trimestre de cette année 2018 nos enquêtes-ménages sur l’insécurité alimentaire réalisée dans une centaine des ménages des vulnérables dans la cité de KIRUMBA ont prouvé que certains ménages vulnérables sont confronté à la malnutrition causé surtout par le l’insuffisancedes protéines d’origine animale dans leur alimentation.

Différentes réunions de sensibilisation et de renforcement de capacité sur l’auto-prise en charge ont été organisées en faveur de la communauté et les
recommandations formulées étaient entre autres de pouvoir appuyer ces communautés vulnérables à avoir des poussins ou des géniteurs des lapins,
cobayes, caprins pour le petit élevage parcellaire.

Etant donné que notre organisation n’a pas reçu un appui dans ce sens, toutefois avec nos maigres moyens, nous avons distribué certains géniteurs
des cobayes aux bénéficiaires issus des ménages vulnérables afin de pratiquer l’élevage parcellaire des cobayes dans ces familles.

 

Related posts

Leave a Comment